Maladie de Parkinson

Au Canada, près de 100 000 personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson. Reconnaître les symptômes de cette maladie neurodégénérative permet de la traiter rapidement et de limiter ses effets sur la qualité de vie des personnes touchées.

De quoi s’agit-il?

Le Parkinson est une maladie neurodégénérative, c’est-à-dire que certaines cellules du cerveau sont détruites progressivement. Les cellules touchées sont celles qui produisent la dopamine, une substance chimique qui joue un rôle important dans le contrôle des mouvements. La maladie entraîne donc une perte graduelle de la capacité à contrôler certains mouvements.

Les symptômes apparaissent progressivement et s’aggravent avec le temps. La vitesse à laquelle la maladie se développe dépend de chaque personne. Il ne s’agit pas d’une malade mortelle, mais à un stade avancé, des complications importantes, comme une pneumonie, peuvent causer le décès.

On ne connaît pas encore l’origine exacte de cette maladie.

Qui peut être atteint de la maladie de Parkinson?

La maladie de Parkinson touche autant les hommes que les femmes. Elle apparaît le plus souvent vers l’âge de 60 ans, et le risque d’en être atteint augmente avec l’âge. Dans de rares cas, une forme précoce de la maladie peut affecter des personnes dans la quarantaine.

Les principaux symptômes

Le Parkinson se caractérise par trois symptômes principaux. Au moins deux d’entre eux doivent être présents pour que le diagnostic de Parkinson soit posé.

  • Des tremblements, qui se manifestent seulement au repos et non pendant les mouvements volontaires. Chez la plupart des gens, les tremblements de la main sont le premier signe révélateur de la maladie. À un stade plus avancé, les bras et les jambes peuvent aussi être touchés. À noter qu’environ le quart des personnes atteintes de Parkinson ne souffrent pas de tremblements.
  • De la rigidité ou de la raideur au niveau des membres ou d’autres parties du corps. À mesure que la maladie évolue, la rigidité s'accentue et rend les mouvements plus difficiles.
  • Le ralentissement des mouvements, appelé « bradykinésie ». 

D’autres symptômes peuvent aussi être présents :

  • une modification de la démarche, telle que l’absence de balancement des bras lors de la marche ou le fait de marcher en traînant légèrement les pieds;
  • des changements dans la posture;
  • des troubles de l’équilibre et des réflexes lents en cas de perte d'équilibre, augmentant le risque de chute;
  • l’absence d'expression du visage et la diminution du clignement des yeux;
  • de la difficulté à avaler et l’impression d’avoir trop de salive;
  • des changements dans le goût et l’odorat;
  • une baisse du volume de la voix, de la difficulté à articuler ou une voix monotone;
  • une écriture petite et serrée;
  • des symptômes de dépression ou d’anxiété;
  • une baisse de la pression artérielle (hypotension);
  • des bouffées de chaleur, de la constipation ou une transpiration plus abondante;
  • de la fatigue et des troubles du sommeil;
  • des troubles sexuels;
  • des signes de démence. Ce terme signifie que certaines parties du cerveau ne fonctionnent pas bien, notamment celles responsables de la mémoire et de la capacité de concentration. Cela donne lieu à des troubles de comportement et de fonctionnement en société.

Au début de la maladie, les signes de Parkinson sont parfois confondus avec le vieillissement normal.

Comment peut-on traiter cette maladie?

La maladie de Parkinson est une maladie chronique évolutive et, à ce jour, aucun médicament ou intervention ne peut la guérir. Cependant, des traitements permettent d’atténuer les symptômes comme la raideur, la lenteur des mouvements ou les tremblements. Ainsi, pendant plusieurs années, vous  pourrez poursuivre vos activités habituelles et conserver une bonne qualité de vie.

Différentes classes de médicaments peuvent être prescrits, en fonction du stade la maladie, de vos symptômes, de votre âge, etc. Comme il s’agit d’une maladie évolutive, le traitement est adapté au fur et à mesure que les symptômes progressent. Les médicaments prescrits peuvent donc changer au fil du temps.

Si vous prenez des médicaments, il est important de respecter la dose prescrite et de ne jamais la modifier sans avoir consulté votre médecin. Le fait d’arrêter la médication entraîne automatiquement le retour des symptômes. Si vous ressentez des effets indésirables, votre pharmacien ou votre médecin pourra vous donner des conseils utiles et ajuster votre thérapie.

La physiothérapie est aussi un élément important du traitement du Parkinson. Avec des exercices et un programme adaptés, vous pourrez améliorer votre équilibre, votre endurance musculaire et votre mobilité.

Certains traitements chirurgicaux peuvent être pratiqués chez les personnes dont la maladie ne répond pas bien à la médication et dont les symptômes sont importants et très invalidants.

D’autres mesures contribuent aussi à garder une bonne qualité de vie :

  • Demeurez actif, tout en respectant votre niveau d’énergie.
  • Mangez sainement.
  • Apprenez à bien gérer le stress.
  • Adoptez des trucs pratiques pour faciliter vos activités quotidiennes et éviter les chutes.
  • Assurez-vous d’avoir du soutien, que ce soit de la part de votre famille, de vos amis, de vos collègues de travail ou des ressources disponibles dans votre communauté.
  • Discutez avec votre médecin de l’aide professionnelle dont vous pourriez bénéficier, selon vos besoins : ergothérapie, physiothérapie, orthophonie, etc.

Il est toujours important de consulter votre pharmacien avant de consommer des médicaments en vente libre ou des produits de santé naturels, car certains d’entre eux peuvent aggraver les symptômes de la maladie ou interagir avec d’autres médicaments. Votre pharmacien pourra également vous aider si vous avez des questions sur la maladie de Parkinson.

Ressource :
Fondation canadienne du Parkinson

Trouver une succursale