Schizophrénie

La schizophrénie est une maladie mentale qui touche une personne sur cent et qui affecte la capacité d’interagir de manière appropriée avec son environnement. Avec un traitement adéquat et un bon suivi, les personnes atteintes peuvent vivre normalement.

De quoi s’agit-il?

La schizophrénie est une maladie qui affecte l’équilibre chimique du cerveau. Elle perturbe la pensée, les émotions, les perceptions et les comportements. En fait, à certains moments, la personne schizophrène est incapable d’avoir un comportement adapté aux circonstances.

Cette maladie mentale a une dimension génétique : le risque d’en être atteint est plus élevé lorsqu’un membre de la famille immédiate est schizophrène; ce risque est d’environ 40 % si les deux parents sont atteints. Cependant, la génétique n’est pas responsable à elle seule de la maladie.

Des mythes qui ont la vie dure

Contrairement à ce qu’on entend parfois, la schizophrénie ne consiste pas en un dédoublement de la personnalité. De plus, la maladie n’est pas en lien avec la classe sociale ou le statut socioéconomique. Qu’on soit riche ou pauvre, n’importe qui peut en être atteint.

Quels sont les symptômes de la schizophrénie?

Les symptômes de la schizophrénie se manifestent souvent progressivement. Généralement, ils apparaissent vers l’âge de 16 à 25 ans chez les hommes et de 16 à 35 ans chez les femmes. Divers facteurs sociaux et environnementaux peuvent les déclencher, comme par exemple la consommation d’alcool et de drogues, le manque de sommeil, la pression de performance au travail et le soutien social insuffisant.

Parmi les différents types de schizophrénie, la schizophrénie paranoïde est la plus commune. La personne qui en est atteinte aura des hallucinations, en plus de présenter des délires comme l’impression d’être persécuté ou suivi. La schizophrénie affective, ou trouble schizo-affectif, est une maladie où la personne aura un diagnostic à la fois de schizophrénie et de maladie affective bipolaire au moment de l’épisode de psychose.

Une personne atteinte de schizophrénie peut présenter jusqu’à trois types de symptômes : positifs, négatifs et cognitifs. Il est important de comprendre que les symptômes d’une psychose varieront d’une personne à l’autre.

Symptômes dits « positifs » Symptômes dits « négatifs » Symptômes cognitifs
Hallucinations visuelles ou auditives Retrait social Désorientation
Délires
Déficit de l'attention Troubles de l'attention
Comportements désorganisés  Apathie Troubles de mémoire
Idées incohérentes
 Indifférence Incapacité à concevoir les choses abstraites

 

De façon générale, les personnes atteintes connaissent un ou des épisodes de psychoses aiguës, suivis d’une rémission (absence de symptômes). Avant l’épisode aigu, il est possible d’avoir des symptômes dits « négatifs ». Les épisodes de psychoses aiguës se manifestent par des symptômes dits « positifs » et peuvent durer de quelques semaines à quelques mois. Ils sont caractérisés par une perte de contact avec la réalité. Après un tel épisode, il est possible que la personne ne se souvienne pas de ses faits et gestes.

Le fait de ne pas traiter rapidement la psychose ou le fait d’avoir des rechutes fréquentes augmente le risque d’avoir des symptômes cognitifs, soit une diminution des fonctions intellectuelles. Plus la maladie est diagnostiquée et traitée rapidement, plus les chances de bien la contrôler et de limiter les troubles cognitifs sont bonnes.

Si vous-même ou une personne de votre entourage présentez des signes de schizophrénie, consultez rapidement un professionnel de la santé ou un groupe d’entraide pour personnes schizophrènes.

Le traitement de la schizophrénie

La schizophrénie se traite en combinant la médication, la psychothérapie et la réadaptation sociale.

Les médicaments

Les médicaments utilisés pour traiter la schizophrénie sont des antipsychotiques. Ils ont pour but de prévenir les épisodes de psychoses aiguës afin que la personne atteinte puisse demeurer en contact avec la réalité de façon permanente. Ils peuvent aussi améliorer les symptômes négatifs de la maladie. On peut donc dire que le traitement aide la personne à réaliser ses projets de vie en limitant ses symptômes. Les médicaments contrôlent la maladie mais ne la guérissent pas. L’absence de symptômes ne signifie donc pas qu’on peut cesser le traitement.

Après un premier épisode de psychose, le risque de rechute est très élevé lors de la première année. De plus, le fait d’oublier ses médicaments pendant aussi peu qu’un à dix jours peut doubler les chances de retourner à l’hôpital. Il est donc primordial de bien suivre le traitement prescrit afin d’éviter les rechutes. Des trucs et dispositifs sont disponibles pour ne pas oublier de prendre ses médicaments : alarme, pilulier (Dispill), inclusion dans la routine, etc. Votre pharmacien pourra vous conseiller à cet effet. Certains médicaments peuvent même être administrés sous forme d’injection par un professionnel de la santé pour assurer l’adhésion au traitement.

Le traitement ne doit jamais être cessé sans avis médical. Si vous ressentez des effets indésirables qui vous incommodent, n’hésitez pas à en discuter avec votre pharmacien. Il pourrait vous aider à les limiter.

La psychothérapie et la réadaptation sociale

La psychothérapie et la réadaptation sociale sont aussi essentielles pour permettre à la personne schizophrène de vivre une vie satisfaisante. Elles sont assurées par une équipe formée de professionnels de la santé mentale qui aident le patient à accepter et à comprendre sa maladie. Le soutien des proches et de la famille est très important lors de la réadaptation sociale. Si vous ou un de vos proches souffrez de schizophrénie, assurez-vous d’avoir toute l’aide dont vous avez besoin.

En découvrant leur maladie et les difficultés que celle-ci entraîne, certaines personnes développent des sentiments de tristesse, parfois même des idées suicidaires. Des organismes d’entraide peuvent les aider à traverser ces difficultés.

Trouver une succursale